Ils sont toujours là mais ça sent le départ vers des climats plus doux pour les milliers d'oiseaux qui ont envahit les toits de la ville.

Photo Stéphane L'hôte