«?a va piquer un peu, mais ça va passer » Leur première grande course en commun date de 2001, c'était la Transat BPE au départ de Saint-Nazaire. «Voilà longtemps que nous naviguons ensemble » raconte Armel, «mais je venais de l'optimist et du dériveur, de régates entre trois bouées, alors que Nico courait déjà sur des voiliers habitables. Je me souviens qu'il y avait du mauvais temps au départ et, Nico, en homme du large m'a juste dit : ??ça va le faire, ça va piquer un peu, mais ça va passer, il n'y a pas de soucis'. C'est, entre autre, ça qu'il m'a appris, la gestion technique sur le long terme et dans de mauvaises conditions, la sécurité, la vie à bord, l'alimentation? Autant de choses auxquelles je n'étais pas habitué ».

«Une sacrée puissance de travail» Le temps passant, les deux navigateurs de la baie de Morlaix ont progressé dans leur discipline, ensemble et séparément, jusqu'au plus haut niveau. Ils sont aujourd'hui, l'un et l'autre, à la tête d'un palmarès impressionnant. «Finalement, nous sommes au même niveau maintenant. Nicolas est un fidèle, à terre comme en mer et sa façon de naviguer reflète assez bien sa façon de vivre. Il est déterminé, bosseur, cherchant toujours jusque dans les détails comment progresser ; mine de rien, il a une sacrée puissance de travail. A la fois, c'est un diesel, il semble toujours paisible, pas stressé, alors que moi je suis plutôt explosif. C'est la force tranquille, Nico, une fois qu'il est parti et décidé, peu de choses peuvent le freiner. En même temps, il est capable de tenter des options de folie et qui payent. Une ou deux fois, on peut penser que c'est de la chance, au bout de trois fois, il faut savoir reconnaître le talent ».

Demain à 14 heures 30, les 14 monocoques IMOCA seront lâchés sur un parcours long de 4730 milles à l'issue duquel l'arrivée sera jugée à Puerto Limon au Costa Rica. Les premières 24 heures devraient être relativement paisibles et permettrent ainsi aux équipages de prendre tranquillement leurs marques.

BRIT AIR, filiale d'Air France, est une compagnie aérienne, basée en Bretagne, qui exploite une quarantaine d'avions jet de 50 à 100 places et opère ainsi, en franchise ou en affrètement, 45 lignes en France ou vers certaines villes d'Europe, pour le compte d'Air France. Elle assure 300 vols quotidiens et relie plus de 45 villes en France et en Europe.

Consolidé par ses deux filiales : Icare, centre de formation aéronautique, et Lyon Maintenance, le groupe BRIT AIR emploie aujourd'hui près de 1350 personnes.

En s'associant avec Armel Le Cléac'h, BRIT AIR affirme son ambition de référence et se donne ainsi un nouveau souffle en terme de partenariat, en s'impliquant dans un sport doté de très fortes valeurs, identiques à celles de l'entreprise : performance, technologie, esprit d'équipe, aventure, environnement, rigueur et surtout ? ténacité