ubitatifs ! A entendre les navigateurs en route vers Puerto Limon, la situation météorologique des jours à venir promet un chemin de pénitence : vents forts et contraires, mer formée et croisée, même les habitués des navigations hivernales sur l'Atlantique nord, tel Jean-Luc Nélias (Veolia Environnement), reconnaissaient que le menu qui les attend était des plus indigestes. Et ce d'autant plus que la route du sud, synonyme de vents plus maniables, paraît pour l'heure fermée. Alors, chacun fait contre mauvaise fortune bon c?ur. On se préoccupe de l'instant présent, on profite des milles grappillés sur la concurrence. Il est parfois nécessaire de cultiver un certain fatalisme quand on voit s'approcher les griffes de l'ours et que l'on est au fond de la cage.

Ce qui est pris?

     A ce petit jeu, Michel Desjoyeaux et Jérémie Beyou (Foncia) n'ont rien perdu de leur pugnacité. Auteurs d'un départ moyen, les deux hommes n'ont pas tardé à revenir aux avant-postes et occupaient déjà la tête du classement devant Kito de Pavant et François Gabart (Groupe Bel) et le tandem Arnaud Boissières - Vincent Riou (Akena Vérandas). Mais les écarts encore faibles entre tous les monocoques n'ont pas encore de valeur vraiment significative. Charles Caudrelier qui accompagne pour la deuxième fois Marc Guillemot à bord de Safran préférait, quant à lui, se réjouir du formidable potentiel de leur plan Verdier ?? VPLP et ne retenait jusque là que le plaisir d'une première nuit en mer, suffisamment tonique pour remettre tout le monde dans le bain de la compétition. Mike Golding (Mike Golding Yacht Racing) , s'il avouait quelques travaux de bricolages sur ses pilotes, n'en continuait pas moins d'afficher un optimisme certain et son bonheur d'être sur l'eau? Il n'empêche : derrière les discours de façade, chacun cherche à engranger des forces, à se mentaliser vers des heures difficiles. Siestes réparatrices et petits plats réchauffés font parfois plus de bien à l'âme que les sempiternelles projections dans des heures dont l'issue ne fait guère de doute.

Un seul être vous manque

     Pour les Multi50, la situation n'est pas la plus enviable. L'accident survenu à Yves Le Blévec et Jean Le Cam est venu rappeler à toute la flotte que l'équilibre d'un multicoque ne saurait dépasser certains seuils critiques. Victorien Erussard (Guyader pour Urgence Climatique) reconnaissait avoir levé le pied dès le début de nuit devant une mer chaotique? décision confortée évidemment par le chavirage d'Actual, même si pour l'heure, rien ne permet de dire qu'il y a eu la moindre imprudence de conduite de la part de l'équipage. Actual progressait à près de vingt n?uds, aux allures portantes et les deux navigateurs avaient à ce moment-là le sentiment d'en garder sous le pied. Leur trimaran s'est arrêté brusquement au bas d'une vague et aux dires d'un Jean Le Cam, pourtant habitué aux caprices de multicoques volages, s'est levé à la verticale en quelques secondes. Un chavirage brutal, inexplicable, même si la vision de l'étrave du bateau laisse supposer que la machine d'Yves Le Blévec est peut-être entrée en collision avec un Objet Flottant Non Identifié. Passée l'angoisse pour chacun de savoir si son coéquipier était à bord, les deux navigateurs ont réagi avec le calme et la détermination qui sied. Parvenus à Cherbourg en remorque du canot de sauvetage de Goury avec le mât miraculeusement intact, les deux marins tenaient à souligner l'extraordinaire sang-froid et le professionnalisme des bénévoles de la SNSM venus à leur secours. C'est un coup dur pour l'essor de cette classe que Franck-Yves Escoffier, le skipper de Crêpes Whaou ! a porté à bout de bras avant de voir son souhait se réaliser que d'autres navigateurs de renom le rejoignent. Le leader de la classe Multi50, contacté à la vacation de ce matin, ne voyait aucune raison de se réjouir de l'élimination prématurée d'un de ses plus dangereux concurrents, bien au contraire. Pour Alain Maignan et Nicole Harel, c'était aussi la soupe à la grimace. Le skipper de FENETREA ?? Cardinal, au vu d'une fissure décelée sur son bras de liaison, décidait de faire route sur Port-la-Forêt pour faire expertiser son bateau avant de savoir s'il pouvait continuer l'aventure. Il y aura des jours meilleurs.

Ils ont dit :

Michel Desjoyeaux ?? Foncia ?? 1er au classement IMOCA de 17h « On a retrouvé des vitesses à deux chiffres donc ça va pas mal ! Je pensais qu'on souffrirait un peu plus que ça mais là on a déjà de l'air, ça rentre doucement. On a vu Akena Vérandas et Groupe Bel et là on croit apercevoir Aviva ; on a du monde autour de nous. »

Jean-François Cuzon ?? BT - 6ème au classement IMOCA de 17h « ?a va très bien, ça marche bien, notre première journée était très agréable. On est très proche de Veolia, on était à moins d'un mille l'un de l'autre pendant un moment, c'était rigolo, on peut même voir leurs changements de voiles! On n'a pas encore pris contact, mais on se fera certainement un petit coucou prochainement. Pour le moment on est très concentré sur les tables à cartes. On essaie de se préserver et de rester lucide car la situation météo est très changeante. On va avoir un choix à faire à savoir comment affronter cette deuxième dépression qui arrive. On réfléchit à ça aujourd'hui, à savoir, comment on va pouvoir se positionner.»

Alain Maignan, FENETREA ?? Cardinal, 4ème au classement de 17h en Multi50

« ?a ne va pas très bien ; ce matin à 10h30, j'ai visité les bras de liaison dans les flotteurs et j'en ai vu un qui est fêlé. Autant vous dire que j'en suis sorti scotché parce que malgré tout le temps qu'on a passé à préparer cette Transat Jacques Vabre, je ne peux que constater qu'on est mal parti? Demain matin nous allons faire une expertise à Port La Forêt : on va voir si on a la possibilité de réparer et repartir dans les 24 ou les 48 heures. »

Classement à 17 heures : Multi 50 : 1 Crêpes Whaou ! (FY Escoffier ?? E Le Roux) à 4678,3 milles de l'arrivée 2 Région Aquitaine Port Médoc (Lalou Roucayrol ?? Amaiur Alfaro) à 86,3 milles du premier 3 Guyader pour Urgence Climatique (V Erussard ?? L Féquet) à 110,3 milles du premier

IMOCA 60 1 Foncia (M Desjoyeaux ?? J Beyou) à 4398,2 milles de l'arrivée 2 Groupe Bel (K de Pavant ?? F Gabart) à 3,1 milles du premier 3 Akena Vérandas (A Boissières ?? V Riou) à 5 milles du premier 4 Aviva (D Caffari ?? B Thompson) à 5,4 milles du premier 5 Brit Air (A Le Cléac'h ?? N Troussel) à 5,8 milles du premier