Petit à petit la course reprend ses droits. Bien évidemment, pas question de traiter par le mépris le mauvais temps qui a bousculé la flotte mais, pansées les premières plaies, il s'agit maintenant de repasser progressivement du mode survie et dos rond, aux grandes man?uvres stratégiques et aux étraves affutées. D'ici les Antilles, les quatre cents coups tactiques seront permis et nul doute que les équipages embarqués dans cette grande partie d'échec, à la recherche des alizés perdus, n'ont pas fini de tirer des plans sur la comète. Si pour l'heure, l'avantage est très nettement au petit groupe Safran (M Guillemot ?? C Caudrelier), Mike Golding Yacht Racing (M Golding ?? J Sanso) et Groupe Bel (K de Pavant ?? F Gabart), il serait étonnant que les hommes de l'est considèrent que la guerre est finie. Il existe peut-être encore une petite fenêtre météorologique qui permettrait à Michel Desjoyeaux et Jérémie Beyou (Foncia) de même qu'Arnaud Boissières et Vincent Riou (Akena Vérandas) de revenir dans la partie. Rupture d'alizés pour les hommes de l'ouest, petit couloir pour descendre pour les hommes du sud, la situation pourrait s'inverser aux abords de l'archipel caraïbe avec une descente qui pourrait être plus difficile pour les nordistes? Chez les Multi50, Lalou Roucayrol (Région Aquitaine Port-Médoc), joint à la vacation de midi, était content d'avoir résisté aux conditions météorologiques déplorables de ces derniers jours et espérait tirer parti de son positionnement pour résister au retour de Guyader pour Urgence Climatique (V Erussard ?? L Féquet).

Allo, maman bobo Pour d'autres, la priorité est bien évidemment aux réparations et à la remise en ordre du bateau. A bord de Crêpes Whaou !, Franck-Yves Escoffier et Erwan Le Roux ont réussi à bloquer provisoirement le bloc moteur qui se désolidarisait de son châssis à l'aide de lattes de carbones et de morceaux de chaine. Mais dès que les conditions de mer le permettront, ils sont bien décidés à effectuer une réparation plus digne de leur statut. Veolia Environnement s'est, quant à lui, amarré au port d'Horta où l'équipe technique était déjà à pied d'?uvre : un arrêt express pour les deux navigateurs avant d'entamer la course poursuite. D'autres ont choisi de réparer en mer, tel Sam Davies et Sydney Gavignet (Artemis) au prix de plusieurs milles à vitesse réduite. C'est probablement ce qui explique aussi la route de 1876 qui, pendant quelques heures, ont fait cap à l'est. Hervé Cléris et Christophe Dietsch (Prince de Bretagne) ont enfin trouvé la fenêtre météo qui leur permettait de repartir. Quelques uns n'auront pas cette chance : c'est la mort dans l'âme que Marc Thiercelin et Christopher Pratt (DCNS) ont décidé d'abandonner et de faire route sur Lorient après avoir découvert que la rotule de leur quille présentait un jeu inquiétant. C'est un coup dur pour Marc mais aussi pour Christopher qui représentait la nouvelle vague de ces jeunes skippers désireux de venir titiller les ténors de la course au large. Pour la majeure partie de la flotte, les petits travaux manuels ont occupé une grande part de la journée. Nombre de navigateurs ont ainsi pu vérifier qu'en tout état de cause, l'éponge et le seau sont parfois les meilleurs amis du marin. Comme quoi les outils les moins sophistiqués sont parfois plus utiles qu'il n'y paraît.

Ils ont dit :

Marc Guillemot - Safran ?? 1er au classement IMOCA de 17h « Tout va bien à bord de Safran : il n'y a pas d'angoisse car tout est train de se remettre dans l'ordre. On a été informés par rapport à ce qui s'est passé sur BT et on se sent très concerné. Lorsque ce type d'évènement se passe on est toujours inquiet : c'est vrai dans le Grand Sud comme dans l'Atlantique. On est content qu'ils soient sains et saufs et on espère les revoir au plus vite sur les prochaines courses. On est content de notre position : nous naviguons avec Mike Golding, Kito de Pavant? Dommage que Bilou ne soit plus avec nous ! Il faut être au taquet maintenant. On a eu des problèmes de tenue avec le safran et ça a été un bazar pour le réparer, mais on a réussi à bricoler pour qu'il tienne bien. »

Hérvé Cléris ??Prince de Bretagne - 4ème au classement Multi50 de 17h « On a réussi à faire notre réparation au niveau du rail du mât. On veut remercier l'équipe et la marine qui nous ont aidé ces jours derniers. Cette pause nous a permis de checker le bateau. La nuit passée a été un enfer : nous avons eu 45 n?uds de vent. Certes, nous avons pris du retard, mais notre but est d'abord d'arriver au Costa Rica? Et bien sûr, dans le meilleur délai? Nous sommes en train de participer à une très belle aventure humaine. ? partir de 22 heures - minuit, le vent devrait se calmer et atteindre les 15/20 n?uds? Je pense que nous prendrons plutôt la route sud, pour s'éloigner de la grosse dépression. Notre bateau est en effet plus à l'aise dans les vents moyens et faibles. Nous sommes prêts pour effectuer un deuxième départ dans des conditions idéales »

Marc Thiercelin ?? DCNS - abandon « En accord avec mon chef de projet et le directeur de la communication de DCNS, j'ai pris la décision de faire demi-tour. Même si nous avons fait un très beau début de course, il y a trop de risques pour le bateau. La quille bouge de plus en plus et chaque fois, elle donne au bateau des mouvements qui sont assez étranges et très désagréables. Nous ferions prendre trop de risques au bateau en continuant. Christopher et moi, sommes tous les deux un peu sonnés, groggys, dans les cordes. J'aime bien cette course et tout était encore dans le tube, on va dire? »

Classement à 17 heures :

Multi 50 : 1 Crêpes Whaou ! (FY Escoffier ?? E Le Roux) à 3703,7 milles de l'arrivée 2 Région Aquitaine Port-Médoc (Lalou Roucayrol ?? Amaiur Alfaro) à 354,2 milles de l'arrivée 3 Guyader pour Urgence Climatique (V Erussard ?? Loïc Féquet) à 381,4 milles du premier

      IMOCA 60

1 Safran (M Guillemot ?? C Caudrelier) à 3183,5 milles de l'arrivée 2 Mike Golding Yacht Racing (M Golding ?? J Sanso) à 40 milles du premier 3 Groupe Bel (K de Pavant ?? F Gabart) à 47,8 milles du premier 4 Hugo Boss (A Thomson ?? R Daniel) à 157 ,5 milles du premier 5 Veolia Environnement (R Jourdain ?? JL Nélias) à 200,8 milles du premier