On a beau avoir touché ce qui ressemble de plus en plus à des alizés, l'heure n'est pas au farniente à bord des voiliers en course? Il s'agit avant tout, pour Safran (Marc Guillemot ?? Charles Caudrelier) qui mène la flotte, de continuer de maintenir l'écart avec son poursuivant Groupe Bel (Kito de Pavant ?? François Gabart) qui, justement, lui, n'a qu'une obsession, c'est de grignoter le petit matelas de milles qui sépare les deux bateaux. Dans ce duel à distance, toutes les armes sont bonnes : calculs de trajectoires au cordeau, nombreuses heures passées à la barre malgré les embruns qui balayent le pont en permanence, sommeil réduit à la portion congrue nécessaire, guerre psychologique. D'autant que derrière eux, certains se verraient bien partir en chasse, à la faveur d'une option audacieuse ou d'un brusque ralentissement des deux leaders devenus, par la force des choses, la cible de leurs poursuivants. Hasard des circonstances, les compositions d'équipages présentent quelques similitudes : même association d'un briscard de la course au large avec un pur produit de la filière Figaro, même mariage d'une pratique intuitive et d'une méthodologie rigoureuse? En tout état de cause, la formule semble présenter quelques garanties?

A l'affût, tapis dans l'ombre des leaders?

     Même s'ils assistent plutôt en spectateurs à la bagarre devant, plusieurs de leurs poursuivants rêvent forcément de jouer un remake des Tontons flingueurs où ce n'est jamais celui qu'on attend qui dégaine le premier. Si Mike Golding et Javier Sanso (Mike Golding Yacht Racing) vont tenter de se battre avec leurs armes, à savoir une détermination sans faille malgré leurs soucis techniques, d'autres attendent leur heure à commencer par l'équipage de Foncia. Michel Desjoyeaux et Jérémie Beyou ont choisi de ne rien avoir à regretter sur la ligne d'arrivée. Déjà premiers de l'option sud, ils savent qu'il sera difficile de revenir sur les hommes de tête, mais mettent tout en ?uvre pour saisir leur chance, au cas où? Michel penché sur les cartes météos continue de décrypter les fichiers de vent quand Jérémie s'impose de longues heures sur le pont où il fait parler sa réputation de barreur d'exception? Quand à Roland Jourdain et Jean-Luc Nélias (Veolia Environnement), les longues heures de navigation passées ensemble sont un ciment suffisamment solide, pour que les deux compères ne lâchent jamais les bras avant le passage de la ligne. Pour paraphraser les navigateurs de Port la Forêt, c'est bien à la fin de la foire qu'on compte les bouses? Et chacun sait que celui qui l'emporte est, au final, celui qui a fait le moins d'erreurs. Pour d'autres, la stratégie météo s'inscrit parfois par défaut : Yves Parlier et Pachi Rivero (1876) ralentis par quelques soucis techniques n'ont pas pu attraper la bordure sud de l'anticyclone génératrice de vents de secteur est. Naviguant sur sa face ouest, ils sont, au contraire, confrontés à des vents de sud qui s'orienteront progressivement au sud-ouest et ne savent pas encore comment ils vont redescendre sur l'arc antillais.
     Chez les Multi50, la bagarre fait rage entre les deux dauphins de Crêpes Whaou ! qui, pour sa part, commence à allonger la foulée sur la route du sud. Victorien Erussard et Loïc Féquet, s'ils ont réussi à reprendre la deuxième place à Région Aquitaine Port-Médoc, constatent que le tandem Lalou Roucayrol ?? Amaiur Alfaro fait plus que de la résistance. Entre le Basque et l'Aquitain, l'osmose est complète depuis la marche du bateau jusqu'à la manière de bien vivre à bord. Et si ces deux-là, entre chants basques, charcuterie du pays et verre de Médoc étaient en train de réinventer une nouvelle vision de la performance ?

Ils ont dit :

Marc Guillemot - Safran ?? 1er au classement de 17h?IMOCA « Tout va bien à bord dans l'alizé. On y est pas encore mais c'est vrai que c'est plutôt positif que les deux bateaux jumeaux soient aux avant postes ?Il ya quelques temps que l'on rêve d'avoir une journée de répit. Mais, ce n'est pas encore pour aujourd'hui. Il reste qu'on n'a pas trop à se plaindre. ?Depuis hier soir, on s'est mis aux joysticks à l'intérieur. On a l'impression d'avoir deux Nintendo à la main. C'est assez amusant. ?Quand tu prends une option et que tu sors de la baston, tu apprécies toujours d'être avec des bons bateaux et des bons équipages. ?a stimule, ça impose un rythme, plutôt que de rester à dormir. On n'est pas mécontent d'avoir Kito et Mike derrière. C'est très bien comme ça. »? ?

Amaiur Alfaro - Région Aquitaine Port-Médoc ?? 3ème au classement de 17h Multi50? « ?a se passe très, très bien, C'est vrai qu'après la route des dépressions, maintenant on vient de comprendre que l'on faisait la route du café. Ca fait du bien d'avoir du soleil et des vents porteurs. on a un vent soutenu depuis 30 heures et le grand spi est de sortie.? C'est vrai que notre bateau est un peu moins bien taillé pour le petit temps que ne l'est Guyader mais pour l'instant on arrive à maintenir. On reste dans le match et on est d'attaque pour leur mettre un peu de pression. ?Côté ambiance, entre les chants basques, un petit verre de vin et le saucisson, tout va bien à bord ! »

Yves Parlier ?? 1876 ?? 8ème au classement de 17h IMOCA « On a pu solutionner pas mal d'avaries. La traversée de l'anticyclone d'hier nous a permis de faire quelques réparations. Moi, j'ai fait un peu de stratification sur une latte de GV. Maintenant, on a un jeu de lattes complet. On a toujours un problème d'eau qui rentre dans le moteur, on a un peu peur quand on recharge les batteries. On surveille tout ça. ?Côté électronique, on a un souci sur le pilote et sur le système d'informations de direction du vent. C'est un souci majeur? On a essayé de bricoler, mais bon??On a fait une route différente de la flotte Du coup on a une stratégie un peu par défaut qui nous a empêché de négocier la bordure de l'anticyclone comme on le désirait. On ne peut pas continuer vers le sud, sinon on tombera sur deux jours de gros calme demain et après demain. On se sent physiquement bien. Pachi se réveille de son quart de nuit.? On est sur un grand bord de travers sans man?uvre, donc c'est la première fois que je me sens si reposé. »?

Classement à 17 heures :

Multi 50 :

1 Crêpes Whaou ! (FY Escoffier ?? E Le Roux) à 2550,9 milles de l'arrivée 2 Guyader pour Urgence Climatique (V Erussard ?? L Féquet) à 790 milles du premier 3 Région Aquitaine Port-Médoc (L Roucayrol ?? A Alfaro) à 852,4 milles du premier

IMOCA 60

1 Safran (M Guillemot ?? C Caudrelier) à 2132,1 milles de l'arrivée 2 Groupe Bel (K de Pavant ?? F Gabart) à 26,3 milles du premier 3 Mike Golding Yacht Racing (M Golding ?? J Sanso) à 119,4 milles du premier 4 Foncia (M Desjoyeaux ?? J Beyou) à 381,7 milles du premier 5 Veolia Environnement (R Jourdain ?? JL Nélias) à 441,9 milles du premier