En 2005, six amis musiciens (dont le vice-champion du monde de beatboxing) provenant des trois régions du pays et assumant pleinement leur Belgitude, optent pour un nom au doux parfum d??autodérision : Witloof Bay. Ils se rassemblent autour d??une même passion pour le jazz et la pop a cappella. Tous vénèrent des groupes de référence tels que The Real Group, Take 6, Rajaton, The Swingles Singers, The Singers Unlimited?

L??originalité du groupe réside dans la maîtrise des cinq voix mélodiques, toutes issues d??une formation classique professionnelle, ainsi que dans la prestation exceptionnelle d??un beatboxer : tous les sons d??une batterie (et bien d??autres?) rien qu??avec la bouche !

Biographie du groupe :

Pendant deux ans, les six artistes de Witloof Bay répètent à huit-clos. La rigueur et la discipline sont de mise pour parfaire leur programme, car la musique, bien qu??extrêmement divertissante et facile à écouter, est très difficile à mettre en place, même pour de grands professionnels. Enfin les premiers concerts sont programmés, et l??accueil de leurs premiers publics est unanimement enthousiaste ! Car ils ne s??y trompent pas : la prestation est impressionnante pour tous, qu??on soit un auditeur averti ou non, qu??on ait 7 ou 77 ans? En plus de la performance vocale, Witoof Bay présente son programme de manière humoristique.

Witloof Bay a sorti son premier album en octobre 2008.

Entre autres concerts, Witloof Bay a assuré la première partie du Real Group au Théâtre de Namur en octobre 2007, fut le groupe « coup de coeur » du Belgo Festival de Waterloo en 2007 et 2008, fut l??un des douze meilleurs groupes polyphoniques actuels invités au festival Polyfollia de Saint-Lô (Normandie) en octobre 2008, et s??exportera très bientôt vers la Suisse, la Suède, et l??Allemagne à l??occasion du Vocal Jazz Summit.

Biographie des chanteurs :

Mathilde Sevrin - Soprano Voix : la plus haute, la plus belle, la seule qu??on entend vraiment Yeux : deux Cheveux : très longs Signe distinctif: elle tricote dès qu??elle a un moment; son ami est grand et fort et s??occupe des lumières quand on en trouve.

Un peu plus sérieusement : Mathilde est diplômée en chant du Conservatoire Royal de Mons, enseigne le chant à l??académie de Tournai et chante comme soliste ou choriste dans divers ensembles tels que le Choeur de Chambre de Namur?

Florence Huby - Alto

Voix : du tigre Cheveux : encore plus longs que ceux de Mathilde Chanson préférée : elle rêve de chanter en duo avec Michael Jones Signe distinctif: elle fait chanter les enfants en leur parlant de colliers de perles

Un peu plus sérieusement : Florence est diplômée en chant et direction de choeur du Conservatoire de Liège, elle enseigne le chant et le chant choral dans les académies d??Auderghem et de Jodoigne, et dirige les Colibris de Liège et la Choraline, Choeur de Jeunes de La Monnaie.

Nicolas Dorian - Ténor

Voix : il chante bien ce garçon, c??est tout ! Cheveux : ça change tout le temps. De toute façon, il n??aime pas qu??on parle de ses poils. Sport préféré : 3000 abdos par jour Chanson préférée : il est tellement jeune qu??on ne les connaît jamais Signe distinctif: parle avec les mains, très bon accent américain, va jusqu??à faire 68 ports de voix dans une phrase

Un peu plus sérieusement : Nicolas termine ses études de chant à l??IMEP, Namur. Il enseigne le chant aux enfants et se produit dans diverses comédies musicales et concerts pop.

Benoît Giaux - Baryton

Voix : sur ton chemin, il adore? Taille : s??améliore, depuis qu??il fait du vélo Cheveux : un peu de gel lui donne un air cool Hobby : aucun, il travaille tout le temps, il écrit la plupart de nos arrangements Chanson préférée : tout Fugain

Un peu plus sérieusement : Benoît est diplômé en piano de l??IMEP (Namur), et en chant du Conservatoire de Liège. Il enseigne le chant à l??IMEP, chante l??oratorio et le concert en tant que soliste et dirige la Choraline, Choeur de Jeunes de La Monnaie.

Etienne Debaisieux - Basse Voix : de garage Taille : des tuyaux d??orgue Cheveux : n??en parlons plus Hobby : mettre des spots à LED partout, chanter du plain-chant dans une église froide Signe distinctif : il porte toujours au moins un vêtement avec des rayures, et se promène partout avec un double appareil photo en prétendant faire de la 3D

Un peu plus sérieusement : ?tienne est facteur d??orgues et chante depuis de nombreuses années au sein du Choeur de Chambre de Namur.

RoxorLoops - Beatboxing

Voix : polyphonique, jusqu??à 16 sons simultanés, langue très mobile et souple, s??adapte bien au français Taille : spaghetti Cheveux : trop ?tat civil : aime bien la Belgique Animal préféré : son baladeur mp3 Chanson préférée : humputsumputumtitamkatoïfiputumtikitakot

Un peu plus sérieusement : RoxorLoops est un génie du beatboxing. Il est vice-champion du monde et est appelé dans le monde entier pour donner des démonstrations, des conférences ou pour être membre de jury de concours.

Pierre-Laurent Babuin ?? Ingénieur du son

Voix : entre 42 et 1360 Hz Taille : 300 Go, extensibles Hobby : remplir son container de brol Chanson préférée : générique de Dallas Signe distinctif: a participé au casting pour Koh Lanta, est passionné par les vieux macintoshs

Un peu plus sérieusement : Pierre-Laurent est diplômé en son de l??IAD à Louvain-la-Neuve et sonorise de nombreux spectacles d??artistes francophones.

__Quelques précisions stylistiques sur le groupe : __ Les différentes voix :

Soprano : C??est la voix la plus aiguë, très impressionnante quand elle monte dans les notes extrêmes. A l??opéra, le plus célèbre des personnages de sopranos est sans doute la Reine de la Nuit.

Alto: C??est une voix de femme plus grave, mais très chaude et colorée. La célèbre chanteuse d??opéra Maria Callas avait la faculté exceptionnelle de chanter aussi bien les rôles aigus que graves.

Ténor : C??est la voix la plus aiguë chez les hommes. A l??opéra, il y a des ténors célèbres, comme Pavarotti.

Baryton : C??est la voix du milieu chez les hommes.

Basse : Comme son nom l??indique, c??est la voix la plus grave, qui impressionne aussi par sa profondeur. Cette voix a la fonction très importante de chanter des notes fondamentales pour soutenir toute la structure, l??harmonie de la chanson. Dans un groupe de rock, c??est la guitare basse qui a ce rôle.

Le beatboxing :

Au début des années 1970, dans le Bronx, apparaît le mouvement artistique, culturel et social du Hip-hop. Le human beatbox apparaît quelques années plus tard dans un ghetto de New York. Le fait d'imiter le rythme est toujours là, mais la musique rap face aux musiques des décennies précédentes a la particularité d'avoir un beat (« rythme ») qui frappe plus encore qu'une batterie, avec de lourdes basses et des caisses claires qui claquent. Avec cette nouvelle musique au rythme programmé qui est l'élément principal après le sampling et les scratchs, apparaît une technique particulière d'imitation du son du kick et de la caisse claire à l'aide des lèvres : la technique du beatbox telle qu'on la connaît est née. Ainsi, cet art nouveau est l'imitation de boîte à rythme faite par des boîtes à rythmes humaines : human beatbox.

Dans le même esprit que les battles de rap (concours), apparaissent les battles de beatbox à un contre un où le vainqueur est désigné par l'enthousiasme du public. Le beatbox est un phénomène qui s'étend dans l'underground du monde entier. Simple boîte à rythme à l'origine, au milieu des années 1980, le human beatbox est devenu l'art du DJing buccal, en ajoutant aux rythmes des imitations de scratchs en tout genre et même des samples repris à la bouche.

Dans les années 1990, la tendance est à l'éclectisme et à l'imitation des chansons déjà existantes, certaines sont d'ailleurs très impressionnantes de ressemblance avec leur originale. A la fin des années 1990, le beatbox a évolué à tel point que leurs adeptes arrivent à produire parfois plusieurs sons à la fois. Parallèlement à la technique des beatboxers d'aujourd'hui se développe la recherche musicale : Les beatboxers utilisent aujourd'hui leur talent pour créer leur propre musique grâce à des enregistrements studios, des pédales de boucle (qui permet de superposer une infinité de sons les uns sur les autres) ou encore des groupes composés de beatboxers. Le beatbox est utilisé également par des artistes qui ne font pas de hip-hop tels que Anaïs, Camille, ?

Voici la technique théorique et basique du human beatbox, ce qui ne vous aidera pas à en devenir un bon, mais qui vous donne un aperçu.

? Le kick (Ppp) Les lèvres percutent pour faire la grosse caisse.

? La caisse claire (Pff) Avec les lèvres.

? Cymbales (Tsssss) Langue contre le palais.

? Charleston (ts ts ts) Langue contre le palais.

? Basse (Bwou) Voix grave en soufflant et en gonflant les joues.

? Basse (Hum) Bouche fermée utilisant seulement les cordes vocales.

? Basse (Preuuu) Accompagné d'un kick et d'une voix grave et rauque.

? Tik (k) Langue contre le palais en inspirant sans les poumons.

? Tchak (Kch) Forcer sur le fond de la mâchoire en soufflant.

La construction d??une chanson a cappella :

On a besoin d??une mélodie, d??une ligne de basse, d??un beat, et de voix d??accompagnement, ce que Witloof Bay montrera concrètement lors de sa prestation. Dans le groupe, c??est toujours Etienne qui chante la basse, et Roxorloops qui fait le beat. Les autres chantent tantôt la mélodie, tantôt des voix d??accompagnement.

Les différents styles abordés :

Pop : c??est la variété française et anglaise, de la chanson populaire en fait. Ce style représente la grande majorité du répertoire de Witloof Bay. Ce sont les chansons qu??on entend tous les jours à la radio, et que beaucoup de gens connaissent et fredonnent.

Jazz : Witloof Bay n??est pas un ensemble de jazz au sens strict du terme. Par exemple, ils ne font pas d??improvisation, tout est écrit dans leur partition. Par contre, ils ont l??un ou l??autre standard du jazz dans leur répertoire, comme la chanson « Count Basie ». De plus, ils harmonisent les chansons pop, c??est à dire les réécrivent pour leurs 6 voix, en utilisant la Close Harmony, c??est à dire des accords très riches qui sont aussi ceux utilisés en jazz. RoxorLoops sait aussi très bien imiter les percussions typiques du jazz.

Classique : un tout petit clin d??oeil à la musique renaissance dans le titre « Dans la Prison de Londres », et du chant grégorien en introduction de « They don??t care about us ».

Traditionnel : Ce sont des mélodies folkloriques qui servent de base à l??arrangement d??un morceau. Ces mélodies ont été transmises d??une génération à l??autre, et sont typiques de leur lieu d??origine. Par exemple, Witloof Bay chante « Dans la Prison de Londres », qui est une chanson populaire québecoise. Ils chantent aussi parfois un chant irlandais appelé « Dobbin??s Flowery Vale ».

House ?? techno : RoxorLoops parvient à imiter ce style à lui tout seul. Il mélange la percussion et la voix chantée, nous donnant l??impression qu??on est dans une discothèque le samedi soir. Il parvient en plus à imiter toutes sortes de sons électroniques.

Le scat : Le scat est une technique particulière utilisée par les chanteurs et chanteuses de jazz. Il s??agit pour le chanteur d??imiter un instrument pour dialoguer et improviser avec les autres musiciens. A cet effet, le chanteur utilise des onomatopées, comme « doo wap, tidilidi, wouawouawoua, doo wii doo,? » et des centaines d??autres encore. Le but est d??imiter tantôt une trompette, un saxophone, une guitare, une percussion? Witloof Bay utilise beaucoup cette technique, parfois de manière très visible, comme dans certains passages de la chanson « Danser », ou de manière plus discrète, pour imiter l??accompagnement instrumental, par exemple comme dans « Parce qu??on vient de loin ». Il y a de grandes chanteuses de jazz qui sont très célèbres pour leur scat, comme Dee Dee Bridgewater, Ella Fitzgerald? Plus proche de nous, Maurane est également très forte dans cette technique.

Les imitations : Nicolas Dorian, en plus d??être un excellent chanteur, est très doué pour imiter les stars. D??Elvis Presley à Céline Dion, en passant par Edith Piaf, il parvient à moduler sa voix pour la faire ressembler à celle des autres. Cette technique demande une très bonne oreille, et une capacité particulière de transformer l??espace buccal pour obtenir de nouvelles couleursvocales. Pour Witloof Bay, Nicolas chante avec sa voix à lui. Il ne fait des imitations que pour présenter le programme avec humour. Les autres artistes s??appliquent à très bien imiter le style musical des chansons de la vedette imitée.

Les chansons du spectacle :

Seront choisies parmi les titres suivants, et compteront peut-être de nouveaux titres :

Danser ?? Maurane
Un p??tit blues peinard ?? Jean-Jacques Goldman
Parce qu??on vient de loin - Corneille
Chicons au Gratin ?? Edenroth / Giaux-Sevrin
Dans la Prison de Londres ?? Traditionnel
They don??t care about us ?? Michael Jackson
Mr Bip Bip ?? Michel Fugain
Eleanor Rigby ?? Beatles
Une Chanson douce ?? Henri Salvador
Count Basie ?? Real Group
Karin Redinger ?? Voulzy
The Eye of the Tiger
Cage of Promises ?? The Real Group
Over the Rainbow ?? Wizard of Oz
Va vers le Soleil ?? Michel Fugain
God only knows ?? Ext. Love Actually

Discographie : Witloof Bay ?? album sorti le 10 octobre 2008 Distribué par AMG-Records

Renseignements : www.witloofbay.be Pour les écouter : http://www.myspace.com/witloofbay

St-James, Mardi 2 mars 2010 à l??Espace le Conquérant à 20 h 30

Tarifs : 8 et 4 ? (scolaires, étudiants, chômeurs)

Partenaire de la Car@too et des Chèques Vacances

Renseignement : Claire Legrand 02 33 89 62 12

Source : service de presse - Communauté de Communes de St-James