Dès ses débuts, à la Fête de la mer puis au Salon des artistes ouvriers, il reçoit le Prix de la ville de Gainneville et se voit proposer une exposition dans la foulée. La rencontre est immédiate avec le public, qui lui achète d'emblée ses tableaux. Depuis, Didier Antoine a participé à une dizaine de salons et reçu de nombreuses récompenses. En 2003, il remporte deux prix au Concours de l'Académie des peintres d'Honfleur et, l'année suivante, le 2e Prix d'un concours de fresques organisé à Fécamp. Le Salon d'Yport lui décerne également deux prix consécutifs. Ayant entre temps exposé deux fois à Paris, au Grand marché d'art contemporain Paris-Bastille, il a déjà développé de nombreux contacts qui, au fil des années, lui permettent de franchir les étapes vers la reconnaissance.

Un trait puissant L'an dernier, il reçoit en janvier le Grand Prix du Salon des artistes indépendants de Rouen (qui lui avait déjà décerné un Prix d'encouragement en 2005), puis expose en mai au Salon ADAC, en région parisienne. « Un salon national de haut niveau, avec des peintres officiels de la marine, des artistes avec une carrière conséquente... J'étais un petit jeune parmi des pointures, constate-t-il. » A sa grande surprise, il y reçoit le Prix de la revue Univers des arts, qui lui consacre une page entière. « Suite à cet article, des collectionneurs m'ont contacté, ce qui m'a permis d'être coopté pour de gros salons. » Le mois dernier, Didier Antoine a exposé au Salon Art et Matière de Maisse (Essonne), et en avril, il exposera au Grenier à sel à Honfleur. Appréciées par le public, les toiles de Didier Antoine, aux couleurs saturées et architecturées par un trait puissant, témoignent de son passage par la BD, sa passion de jeunesse. Il peint à base d'acrylique, une matière qui correspond à son approche. « Un tableau, ça passe ou ça casse, déclare-t-il. S'il ne me plaît pas, je recouvre la toile de blanc et recommence. » Ce Breton d'origine, qui a vécu à Lorient avant de s'installer au Havre, est tout naturellement inspiré par l'univers maritime et portuaire, mais il affectionne également les arts du cirque. Son style, que les connaisseurs définissent comme « figuration narrative », évolue maintenant vers l'abstraction.

Sources (texte et visuel) : Galerie Hamon, Le Havre

Visuel © Didier Antoine