Nombre de coureurs ont par anticipation choisi d'accompagner l'alizé dans sa descente essoufflée vers le sud. D'autres concurrents, à l'image d'Adrien Hardy et de Stan Maslard ont eux choisi de pousser davantage encore leur chance à l'ouest, restant au plus près de la route directe, quitte à composer avec des flux d'est de plus en plus évanescents. En tête depuis près de deux jours, c'est à leur habileté et à leur capacité à progresser cahin caha dans des airs de plus en plus ténus que les deux jeunes navigateurs parviennent à conserver leur première place. Ils sont désormais menacés sur leur droite par d'impressionnants rivaux emmenés par Yann Eliès et Jérémy Beyou, tandis que tous les autres favoris de la course et grands spécialistes du Figaro plongent au sud à la recherche d'alizés en voie de reconstruction. Sous une chaleur accablante, Stan et Adrien exploitent chaque risée, chaque vague pour maintenir l'inertie du bateau vers saint Barth.

Après le long run effréné au nord de la flotte qui les a ramené des profondeurs du classement (16ème) à la tête de la course, c'est une guerre des nerfs qui est engagée. Les partisans du sud toucheront t'ils rapidement des régimes de Nord Est soutenus propices à leur permettre de revenir avec de la vitesse sur la route directe? Stan et Adrien vont ils réussir à demeurer dans une veine de vent suffisante pour aller chercher les vents portants annoncés derrière le front froid? c'est tout l'enjeu des prochaines 48 heures qui peuvent encore réserver de nombreux changements au classement général provisoire.